Partager

Réparation ADN chez les procaryotes

Réparation ADN chez les procaryotes

Personnes impliquées:

Thématique:

Les systèmes de réparation de l’ADN participent au maintien de l’intégrité des génomes et jouent donc un rôle prépondérant au niveau cellulaire et dans la transmission d’un patrimoine génétique fidèle au cours des descendances. 

Nous nous intéressons plus particulièrement à une protéine baptisée NucS (également appelée EndoMS dans la littérature). La présence de cette protéine, découverte au laboratoire, est restreinte au monde procaryotique. Elle est retrouvée chez certaines espèces d’Archaea (Crenarcheota et Euryarcheota) et chez de nombreuses bactéries appartenant au large phylum des Actinobacteria (eg. Corynebactéries et Mycobactéries). Elle présente une activité de clivage contre différents substrats d’ADN et est notamment impliquée dans la détection et la réparation de mésappariements. 

Un travail est mené actuellement au sein de notre pôle pour comprendre plus en détails le mécanisme impliquant NucS dans cette réparation. Pour cela, deux modèles bactériens sont étudiés au laboratoire : Corynebacterium glutamicum et Mycobacterium smegmatis. Différentes approches interdisciplinaires de Biologie Moléculaire, Génétique, Biochimie, Microscopie et Bioinformatique sont utilisées.

Il a déjà été établi que NucS travaille de concert avec la protéine connue sous le nom de bêta-clamp ou sliding-clamp (ie. PCNA chez les archées et DnaN chez les bactéries). Une partie du projet vise donc à rechercher et caractériser d’autres protéines partenaires impliquées dans cette voie de réparation. Une seconde partie de nos travaux visent également à évaluer l’impact de mutations dans le gène nucS dans l’antibiorésistance détectée chez de nombreux isolats cliniques de l’agent étiologique de la tuberculose, Mycobacterium tuberculosis.